YUL-MTL

Visit the YMCA the first stop for refugees and newcomers to Montreal - via the poetic narration of a Zimbabwe immigrant who arrived alone with “one piece of luggage and a ton of hope ….”

Visitez le YMCA - le premier arrêt des réfugiés et des nouveaux arrivants à Montréal - à travers la narration poétique d’un immigrant du Zimbabwe qui est arrivé seul avec une valise et plein d’espoir.

YUL- MTL

Le charme de la ville de Montréal est le fait que presque aucun habitant de Montréal n'est né à Montréal. Ce qui fait que nous sommes submergés par une culture dans laquelle cigarette online usa nous retrouvons les mêmes questions récurrentes : D'où venez-vous ? Depuis combien de temps êtes-vous ici ? Pourquoi êtes-vous venu ? Les réponses apportées constituent le fondement de chaque histoire montréalaise.
YUL-MTL est mon histoire. C’est mon intégration en tant que réfugié s’installant à Montréal.

Chapitre 1- YUL

YUL est un code qui signifie aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal au Québec, il est couramment appelé Montréal-Trudeau.
Et pour moi, YUL est une sorte de chambre forte, qui ne contient ni argent, bijoux ou autres objets de valeur, mais plutôt de précieux moments inestimables, de bons et heureux moments et parfois même tristes. Quand les membres d’une famille, les amis ou les amants se revoient pour la première fois, il est indéniable que les étreintes, les baisers, les rires, la joie, l'excitation sont authentiques, crus et véridiques.
Le YUL est pour moi, un souvenir d'un moment plutôt attristé que joyeux. C'est le début d'un long voyage périlleux. Plusieurs histoires évoquent ces moments difficiles. Cependant, je vais me concentrer sur la mienne, celle de mon voyage, mon arrivée au YUL. Je ne portais qu’un seul bagage, et un sourire aux lèvres. J’avais énormément d'espoir; j’étais à la quête d’un certain sentiment d’appartenance, d’un avenir meilleur, plein d’amour et de succès.
Mais avant d’entrevoir cette lueur au bout du tunnel, j'allais devoir subir l'interrogatoire humiliant des agents d'immigration de l'aéroport qui, telle une enquête policière, m’ont pris en photos et m’ont retenu dans une salle pendant plusieurs heures. Je n'avais accès qu’à une seule fontaine d'eau et une salle de bains. Treize heures plus tard, vers deux heures du matin, je suis enfin libéré à la découverte de ce nouveau monde :… Bienvenue au Canada.

Chapitre 2- The YMCA

Le YMCA est un organisme communautaire de bienfaisance, voué à l'épanouissement de toutes les personnes sur les plans spirituels, intellectuel, et physique, ainsi qu'à l'accroissement du sens de la responsabilité de chacun envers son prochain et envers la communauté globale.

YMCA est bien plus que le titre de l’une des chansons du groupe musical Village People, le YMCA représente le premier foyer pour un bon nombre de réfugiés.
La résidence du YMCA accueille près de 2000 réfugiés par an. En plus de nous fournir tout le nécessaire, cet organisme garantit un environnement sécuritaire pour les nouvelles familles ayant perdu leurs repères dans leur intégration au Canada.
C’est au YMCA que je vis ma première expérience de «multiculturalisme» à son plus haut degré : il y avait des gens de partout, toutes les différentes nationalités, partageant les mêmes espoirs et rêves. Le YMCA m'a fait connaître l’accueil chaleureux et enthousiaste de la population canadienne. Il m'a enseigné que la vie communautaire n’est pas impossible. Nous pouvions tous nous identifier l’un à l’autre, compatir, partager nos vécus et nos sens de l’humour. En fait, c'est une grande communauté, ou famille composée de demandeurs d'asile, de familles, d’ouvriers et de bénévoles.

Chapitre 3- Un sentiment d’appartenance ?

Après avoir passé un certain nombre d’années au Canada, plusieurs questions me viennent à l’esprit : Qu’est qui définit un chez-soi? Est-ce que le Canada est mon pays, ou est-ce que c’est simplement une résidence temporaire ? Ai-je de vrais amis que je garderais toute ma vie ? Ai-je tissé de véritables liens ? Est-ce que j'ai enduré ces longs hivers en vain? Qu’ai-je ressenti lorsque le Canada a remporté toutes ses médailles d’or ? Me suis-je senti Canadien ? Qu'est-ce que c’est que d’être Canadien ? Si j’ai des compétences et qualifications professionnelles mais que je suis contraint à être chauffeur de taxi, cela fait-il de moi un vrai Canadien ou juste un habitant du Canada ? Ai-je deux pays ? Quand il s’agit des « accommodements raisonnables » Suis-je concerné ? Fais- je partie de cette polémique ? Vais-je un jour devenir québécois ? Ou suis-je résigné à être un habitant du Québec ? Est-ce que j'aime le Canada ? Est-ce que j'aime ses habitants ? Qu’est-ce que j'aime ? Qu’est-ce que je déteste ?

La poutine, le sirop d'érable, le bacon, le canoë, le camping, le ski, les chalets, lacs, la neige, la glace, l'anglais ou le français, la feuille d'érable, l’accent canadien, québécois, l’ours, l’orignal, le castor, Montréal, le Québec. Est-ce mon pays ? Est-ce mon foyer ? Comble t-il ce sentiment d’appartenance ?